Logo numerev

Numéro 0 : Année Zéro - Première mise en mots pour une radicalité en Travail Social

N° 0 / 2020

Année Zéro - Première mise en mots pour une radicalité en Travail Social

Anna Rurka, Armelle S, Dominique Paturel, Dominique Paturel, Laurent Barbe et al.

Numéro 0 – Année Zéro Première mise en mots pour une radicalité en Travail Social   La revue Articulation(s) portée par une équipe de chercheuses et de travailleurs et travailleuses du social a souhaité faire paraître un n°0 et relever le défi que pose la réflexion en Travail Social, critique et conscient des enjeux actuels. En effet, un appel à contribution «Tiers espace de la recherche action » est prévu depuis plusieurs semaines pour lancer le n°1. L’objectif de ce n°... Lire la suite

Edito

Edito

Dominique Paturel, Rurka Anna

 

Le Care à...

Le Care à l'heure du Covid 19

Dominique Paturel

Résumé :

Le 11 mars 2020, le président de la République, E.Macron, crée le conseil scientifique chargé «d’éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au coronavirus» . Il est composé de onze médecins et chercheurs. Le 24 mars 2020, le ministre de la santé en compagnie de la ministre de la recherche annonce la création d’un comité d’experts (Comité Analyse Recherche et Expertise , CARE) dont la mission est de le conseiller sur les aspects opérationnels. Dans ces deux comités, il y a en tout et pour tout, deux chercheurs en sciences sociales. Ce constat nous amène à faire un pas de côté et regarder la crise du covid à l’aune de l’éthique du care. Sur les pas de Joan Tronto, à partir de son essai « Le Care ou Le risque », nous réinterrogeons ce qui est en train de se vivre et la place qui pourraient être celle des sciences sociales et de la recherche action.

Abstract:

On March 11, 2020, the President of the Republic, E.Macron, created the scientific council responsible for "clarifying public decision in the management of the health situation linked to the coronavirus". It is made up of eleven doctors and researchers. On March 24, 2020, the Minister of Health, along with the Minister of Research, announced the creation of a committee of experts (Comité Analyse Recherche et Expertise, CARE) whose mission is to advise him on operational aspects. In these two committees, there are only two social scientists. This observation leads us to take a step aside and look at the covid crisis in terms of the ethics of care. In the footsteps of Joan Tronto, starting from her essay "The Care or The Risk", we re-question what is happening and the place that could be that of the social sciences and action research.

Présentation de l’autrice :

Dominique Paturel, assistante de service social, titulaire d’une Habilitation à Diriger des Recherches en sciences de gestion, chercheuse UMR 951 Innovation, INRAE, associée au LISRA, Collectif Démocratie Alimentaire.

dominique.paturel@inrae.fr

 

 

 

 

Le texte caché...

Le texte caché

Marie-Thérèse Savigny

Résumé :

Comme un enfant, la pandémie du COVID-19 dit sans pudeur les profondes inégalités qui traversent la société néolibérale actuelle. Elle dit les subtils outils du pouvoir pour dominer les corps mais aussi les esprits. Cette période structurellement installée - mais aussi inédite - interroge en particulier les formations en travail social entre fabrique des impuissances à agir et espace d’élaboration du réel à des fins de transformation et d’émancipation.

Abstract :

Like a child, the COVID-19 pandemic speaks shamelessly of the deep inequalities that traverse today's neo-liberal society. It speaks about the subtle tools of power to dominate not only bodies but also minds.  This structurally established - but also unprecedented - period questions in particular the social work training between the manufacture of powerlessness to act and the space for the elaboration of reality for the purposes of transformation and emancipation.

Présentation de l’autrice

Marie-Thérèse Savigny, éducatrice spécialisée de formation initiale, a un doctorat en socio- anthropologie et est formatrice-chercheuse dans un Institut Régional du Travail Social (IRTS).

Savigny.marie-therese@orange.fr

 

Crise du Covid...

Crise du Covid 19: une nécessaire rétrocession sociale ?

Marie-Pierre Auger

Résumé:

Le confinement causé par la crise du Covid19 a engendré un inversement des dispositifs d’accompagnement des familles et de leurs enfants. Ces acteurs sont maintenant en situation d’assurer des missions jusque-là dévolues à certaines institutions (enseignement, aide, protection). Pour les familles, cette rétro-délégation nécessite des moyens, des compétences et engendre une prise des responsabilités de leur part. Pour les professionnels, cette limitation de l’action les met dans l’obligation de déléguer pour partie leur expertise aux familles. Ce processus questionne le postulat de la capacité à être, à faire, et à avoir ainsi que les habituelles représentations de la vulnérabilité des publics accompagnés.

Abstract:

The lockdown caused by Covid-19 crisis led to a reversal of the support measures for families and their children. These actors are now in a position to carry out missions that were previously under the responsibility of certain institutions (education, assistance, protection). For families, this retro-delegation requires resources and skills and oblige them to take responsibilities. For professionals, this limitation of action obliges them to delegate part of their expertise to families. This process questions the postulate of the capacity to be, to do, and to have, as well the usual representations of the vulnerability of the groups being supported.

Présentation de l'autrice:

Marie-Pierre Auger, éducatrice spécialisée, cheffe de service en protection de l’enfance, salariée en bourse CIFRE au sein de l’association Jean Cotxet, prépare un doctorat en sciences de l’éducation et de la formation auprès de l’Université Paris Nanterre concernant une pratique innovante : les conférences familiales en protection de l’enfance en France. 

mp.auger@parisnanterre.fr

 

Confinement et révolution...

Confinement et révolution de l’égalité : un rendez-vous manqué

Marine Bruneau

Résumé :

Depuis le début de la crise du COVD-19 et plus particulièrement du confinement, nous avons vu fleurir nombre d’articles sur la « chance » que ce moment complexe pourrait représenter pour les femmes en matière d’avancées vers l’égalité. Cet article propose une analyse critique de ce postulat.

Abstract :

Since the beginning of the COVID -19 crisis and especially since the lockdown, we see the idea according to which this complex time could represents a progress for the equality between women and men. This article proposes a critical analysis of this postulate.

Présentation de l’autrice

Marine Bruneau, éducatrice spécialisée est désormais formatrice et conférencière concernant l'égalité entre femmes et hommes et le travail social.

luce.formationsegalite@gmail.com

 

Confinement en MECS...

Confinement en MECS: le milieu fermé enfermé ?

Armelle S

Résumé

L’article présenté fait état de certains des défis auxquels sont confronté.e.s les travailleur.se.s du social et les acteur.rice.s qu’ils accompagnement au sein des établissements qui accueillent des enfants au titre de la protection de l’enfance. Si l’appel aux bénévoles diffusé par certaines associations et certains départements permet de maintenir une continuité de service, je souhaite mettre à jour ici, à partir de fragments du quotidien dans ces établissements, certaines des questions qu’ils soulèvent. Celles-ci recouvrent des dimensions politiques, pratiques ou subjectives et la période que nous traversons, (re)met les acteur.rice.s face à certains enjeux ou dilemmes. Ces questionnements liminaires méritent d’être (ré)investis largement une fois la « crise » derrière nous.

Abstract

The article aims to report the challenges encountered by social workers and the actors they support on child protection services. If the call for volunteers by some associations and departments helps to preserve continuity of services, I would like to update here, though fragments of daily life in these services, some of the issues they raise. Some of these matters have political, practical or subjective dimensions. The period we are going through puts or puts back the actors in front of some issues or dilemmas. These preliminary questions deserve to be (re)invested, once the "crisis" passes.

Présentation de l’autrice

Le présent article est écrit sous un pseudonyme en raison des contraintes institutionnelles qui lient l’autrice et l’organisation dans laquelle elle exerce ses fonctions. L’ensemble des noms ont été modifiés afin de garantir l’anonymat de tous les acteurs mentionnés.

 

Réflexions provisoires sur...

Réflexions provisoires sur le social en temps de Covid

Laurent Barbe

Résumé

Vu de l’action sociale, la pandémie constitue un analyseur de grande puissance qui révèle la porosité des frontières entre action sociale et protection de tous, renforce les inégalités de situations et de territoires, et fragilise les réponses, malgré une réactivité et une inventivité à souligner. La situation nécessite des réflexions qui ne peuvent qu’être esquissées sur un après qui ne constituera en aucun cas un retour à la « normale ».

Abstract

From the point of view of social action, the pandemic constitutes a powerful analyser that reveals the porous boundaries between social action and the protection of all, reinforces inequalities of situations and territories, and weakens responses, despite a reactivity and inventiveness that should be highlighted. The situation calls for reflections that can only be sketched out on an afterthought that will in no way constitute a return to "normal".

Présentation de l’auteur

Laurent Barbe est psychosociologue. Consultant spécialisé dans les politiques publiques d’action sociale et médico-sociale. Il enseigne en Master 2 de Sciences de l'Education à Paris X Nanterre, au CNAM, à l’UPEC de Creteil et à l’ETSUP de Paris.

laurent.barbe@cabinetcress.fr

 

Radicalité du travail...

Radicalité du travail social face à la pandémie

Anna Rurka

Résumé:

La pandémie et ses conséquences à l’échelle mondiale, nationale et locale invitent le travail social à revenir à ses racines et à ses principes fondamentaux et fondateurs, c’est-à-dire à l’intention de transformer les réalités sociales, politiques et économiques. Cet article place au centre la radicalité travail social, en l’associant à l’action politique, actuelle ou/et potentielle. Les arguments présentés tentent à montrer que la crise pandémique peut s'avérer être un momentum pour une action collective radicale des travailleur.se.s du social.

Abstract:

The pandemic and its global, national and local consequences invite the social work to return to its roots and its fundamental and founding principles, i.e., the intention to transform social, political and economic realities. This paper places social work radicalism at the centre, linking it to current or/ and potential political action. The arguments presented tend to show that the pandemic crisis may be a momentum for radical collective action by social workers.

Présentation de l'autrice:

Anna Rurka est maîtresse de conférences en Sciences de l’éducation UFR SPSE, CREF (EA, 1589), Université Paris Nanterre. Elle est co-rédactrice en cheffe de la revue Articulation(s).

anrurka@parisnanterre.fr